Faune et Flore des Desertas



Faune


Dans les îles Desertas, nous pouvons trouver plusieurs espèces rares et endémiques, mais ce fut le besoin urgent de préserver une petite colonie de phoques-moines de la Méditerranée, connus généralement sous le nom de loup de mer, qui a donné lieu à la protection de cette zone.

La faune marine des îles Desertas est similaire à celle du reste de l'archipel et présente des affinités européennes et méditerranéennes, surtout au niveau des poissons et des crustacés du littoral, comme les castagnoles Chromis limbata et Abudefduf luridus, le mulet Liza aurata, la bogue (Boops boops), la rascasse (Serranus atricauda), le bodian (Sparisoma cretense), le poissons-chien (Bodianus scrofa), la girelle-paon (Thalassoma pavo), le crabe-chèvre (Grapsus adscensionis) et la grande cigale de mer (Scyllarides latus).
Plusieurs espèces de tortues et de cétacés peuvent être observées dans les eaux entourant ces îles.

Les îles Desertas sont un important centre de nidification d'oiseaux marins, comme le puffin calonectris diomedea borealis, l'océanite de Castro (Oceanodroma castro), le pétrel de (Bulwer Bulweria bulwerii) et le pétrel gongon (Pterodroma deserta). Tous ces oiseaux sont des espèces intrinsèquement vulnérables pour lesquels les îles Desertas représentent l'un des derniers refuges au niveau mondial.

Deserta Grande détient la plus grande colonie de pétrel de Bulwer (Bulweria bulwerii) de l'Atlantique et probablement du monde. Le pétrel gongon (Pterodroma deserta nidifie) exclusivement à Bugio. Ainsi, ces îles jouent un rôle crucial pour la conservation de ces espèces.

Quant aux oiseaux résidents, qui sont ceux qui peuvent être trouvés toute l'année, nous soulignons le pipit de Berthelot (Anthus bertheloti madeirensis), une sous-espèce endémique de l'archipel de Madère et le serin des Canaries (Serinus canaria canaria), une sous-espèce endémique de la Macaronésie. Des rapaces sont également observés, à savoir le faucon crécerelle (Falco tinnunculus canariensis), une sous-espèce endémique de la Macaronésie, le busard (Buteo buteo harterti) et la chouette effraie (Tyto alba schmitzi), des sous-espèces endémiques de l'archipel de Madère.

Les invertébrés sont un autre groupe d'animaux d'un grand intérêt. Dans le groupe des arthropodes, il faut mentionner la tarentule (Hogna ingens), un endémisme de ces îles. Cette arachnide a une surface de distribution très restreinte et n'habite que la Vallée da Castanheira, à l'extrême nord du sommet de Deserta Grande.

La connaissance de la faune malacologique de ces îles est encore peu connue. Des études récentes ont cependant confirmé la présence de près de 50 espèces et sous-espèces de mollusques terrestres pour les îles Desertas, dont 44 endémiques et certains d'entre eux exclusifs.

Le lézard (Teira dugesii mauli) est le seul reptile terrestre qui habite ces îles et est une sous-espèce endémique des îles Desertas.
 

Flore

 
La flore des îles Desertas est variée, particulière et riche en plantes spécifiques de la Macaronésie, avec des exclusivités de Madère.
 
La flore vasculaire est constituée de près de 200 espèces indigènes et naturalisées, dont 30 % sont des endémismes de Madère et 10 % sont limitées à la Macaronésie.
 
Deserta Grande est l'île qui contient la plus grande diversité d'habitats et de plantes et possède trois endémismes exclusifs : le chou des rochers Sinapidendron sempervivifolium, Frullania sergiae et Musschia isambertoi.
 
Les premières études sur la végétation des îles Desertas remontent à Lowe (1868). Lowe définit deux zones de végétation. La première zone, appelée maritime, va du niveau de la mer jusqu'à 360 m d'altitude, sur les trois îles. Cette végétation est caractérisée par la présence de plantes indigènes, comme la carotte arborescente Monizia edulis, le viollier de Madère Matthiola maderensis et le souci de Madère Calendula maderensis. La deuxième zone, appelée montagneuse, va de 300 à 480 mètres d'altitude, sur Deserta Grande et Bugio, et sa végétation est caractérisée par la présence de plantes indigènes comme le Lotus argyrodes, la marguerite de Madère Argyranthemum haematomma et le Trifolium angustifolium. En appliquant à ces îles l'étude des communautés végétales et du bioclimat réalisée pour l'île de Madère (Capelo et al, 2000), les îles Desertas présentent potentiellement deux communautés forestières, le Zambujal (Olea maderensis-Maytenetum umbellatae) et la Laurissilva do Barbusano (Semele androgynae-Apollonietum barbujanae).
 
Youtube Flicker RSS ISSUU
Madère. Vous appartient World´s Leading Island Destination 2020 - WTA Award SRTC Região Autónoma da Madeira